Interview d’Anne-Sylvie Besse – secrétaire du Rimlishof

Vous accueillez au Rimlishof depuis presque un an des demandeurs d’asile… en quoi consiste cet accueil ?
L’accueil que nous faisons pour les demandeurs d’asile dirigés chez nous par accès consiste en premier lieu à leur donner un hébergement ainsi qu’un moyen de se nourrir et de vivre ce temps d’attente alors qu’ils sont en début de procédure pour leur demande d’asile en france.

Dans quel domaine (ou comment ?) interviens-tu avec ces familles ?
Mon rôle consiste à les accueillir à leur arrivée ( pour autant que je ne sois pas en congé ou en vacances), à les présenter aux autres familles déjà présentes, à leur donner leur matériel de cuisine, à leur montrer les locaux et leur expliquer les règles de vies et de fonctionnement au Rimlishof, c’est le rôle pour le côté pratique. Ensuite il faut parfois rassurer les personnes arrivant car elles sont souvent craintives, se demandent où elles sont arrivées et comment va se passer leur temps au Rimlishof.
Quand les familles sont habituées et bien intégrées, il faut souvent prendre du temps avec eux pour les écouter, répondre à leurs questions, les reprendre quand elles ne respectent pas les règles, eh oui, cela arrive parfois!!! Il y a aussi tout le volet de la scolarisation des enfants, domaine dans lequel nous intervenons en équipe, ( Alain, Rachel et moi) et en complémentarité.

Que penses-tu que le Rimlishof en tant que maison de la Ligue, apporte de plus à ces familles ?
Même si nous ne témoignons pas ouvertement de notre foi sauf si les personnes nous posent des questions, nous leur apportons une chaleur humaine, de l’écoute et de l’attention, ce qu’ils ne recevraient pas forcément dans d’autres structures d’accueil laïques.

Comment vis-tu cet accueil et qu’est ce que ces familles t’apportent personnellement?
J’ai beaucoup de plaisir dans cette partie de mon travail. J’aime le contact humain et cet accueil de réfugiés me comble dans ce domaine.
J’aime passer du temps avec eux, essayer de communiquer, même si on ne parle pas la même langue, essayer de se comprendre et de les comprendre eux. Cela m’apporte une connaissance de nouvelles cultures et je trouve qu’ils sont agréables avec nous et le courant passe en général bien. On peut aussi plaisanter et rire ensemble.
Pour moi, même si cela représente du travail et de la présence, il n’y a pas de côtés négatifs à cet accueil et je trouve que depuis le début tout se passe vraiment bien et cela vaut la peine de continuer. Et au travers d’eux, le Rimli se fait connaître dans les environs, il y a des liens qui se créent avec des personnes de la régions qui viennent comme bénévoles, que nous ne connaissions pas et qui ne nous connaissaient pas auparavant. C’est aussi un bon moyen de faire connaître la ligue dans la région car les gens voient ce qu’on fait et souvent nous posent ensuite des questions sur ce qu’on fait d’autre et on peut alors leur expliquer.

Comment les personnes qui le souhaitent peuvent-ils aider concrètement dans cet accueil ?
Nous avons besoin de différentes aides.
Des chauffeurs pour conduire les familles deux fois par semaine aux restos du coeur de Soultz et pour la banque alimentaire à Mulhouse.
Des bénévoles pour faire des animations avec les familles, des jeux avec les enfants, de l’aide aux devoirs, ou de nouvelles idées.
Nous avons aussi besoin de dons en alimentation pour des produits qui manquent à la banque alimentaire et aux restos du cœur ainsi que des dons en produits d’hygiène. Nous avons aussi parfois des achats à faire pour eux, par exemple pour la rentrée scolaire, nous avons dû trouver et fournir le matériel complet de chaque enfant et cela recommence à chaque nouvelle arrivée.


RECHERCHER

NEWS



Newsletter

ChargementChargement